En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

La Biodynamie à Arlay

En octobre 2010, nous apprenons, mon frère et moi que nous avons obtenu le label DEMETER pour notre vignoble et nos vins cultivés et produits en BIODYNAMIE. Nous avons commencé à mettre en place cette technique très difficile en 2006.
 
C'est pour nous un changement profond et primordial, qui a débuté par une proposition de mon frère de travailler autrement. Je n'ai pas hésité du tout à le rejoindre et à l'aider. En effet, c'est lui le vigneron et le caviste en charge de la production des raisins et des vins. Je le seconde dans les vignes, car la biodynamie nécessite une présence quasi permanente. Ce n'est pas une sinécure pour nous, bien au contraire. Nous vivons avec et au rythme de notre terre.
 
L'on peut introduire l'esprit de la biodynamie en disant que pour qu'une agriculture soit durable, le sol doit être l'objet de soins attentifs. Il ne s'agit pas seulement de le respecter et de le conserver, il faut le vivifier, le régénérer et le développer. Cela doit être une préoccupation permanente.
La recherche primordiale de l'agriculture biodynamique est la production d'aliments de qualité pour la nutrition humaine en respectant au mieux les règles de la nature et les êtres qui y vivent.
 
Dans la biodynamie, l'élément central est l'être humain. C'est la qualité de son regard, sa faculté de perception des situations, sa capacité à porter un jugement et à agir qui font la réussite d'un domaine agricole. La biodynamie est le prolongement de l'agriculture biologique. Aucune molécule chimique à aucun moment pour quoi que ce soit. Mais en allant plus loin, en cherchant à dynamiser la plante, afin de l'inciter à se défendre contre les organismes pathogènes (mildiou et oïdium), ainsi qu'en équilibrant le sol, de telle sorte que tout ce dont ont besoin les ceps de vignes puisse être disponible selon les besoins.

A propos du désherbage, nous utilisons un outil composé de griffes qui arrachent l'herbe, aèrent la terre (car la vigne est une plante sarclée qui a besoin d'être travaillée) mais sans provoquer de bouleversements profonds et de semelle de compactage du sol, comme une charrue classique. Nous effectuons ce travail à la fois entre les rangs et sous les rangs. Ainsi, cent pour cent de la surface est maîtrisé.
Le seul engrais que nous utilisons est le compost dynamisé. Il est fait à base de fumier de bovins dans lequel nous incorporons des préparations à base de plantes (camomilles, valériane, écorce de chêne, achillée, ortie et pissenlit). Celles-ci ne représentent pas un apport d'éléments, mais elles introduisent une vitalité et une santé renouvelée dans les sols.
 
Enfin, voici maintenant le programme complet de la biodynamie que nous appliquons dans nos vignes. Mais contrairement au bio, la biodynamie ne se limite pas aux vignes et donc aux raisins. Il existe aussi un cahier des charges concernant la vinification jusqu'à la mise en bouteille.
Il nous fut très facile d'obtenir l'agrément pour le vin, car nos méthodes étant les mêmes que depuis l'arrière-grand-père au XIXe siècle, nous étions bien au-delà des exigences demandées.

Programme Biodynamie

En fin d’hiver : Epandage de compost à base de fumier de bovins.
 
Début Mars : Badigeon sur pieds avant végétation. Ce badigeon est un mélange d’argile (10%), de bouse de vache (79%) et de prêle (1%), petit lait (10%). Il participe à l’équilibre général de la plante.

Mi-mars : Décoction de prêle. C’est un agent anti-cryptogamique utilisé en préventif deux jours avant la pleine lune, qui précède Pâques. Elle fixe les champignons (mildiou, oïdium et botrytis) au sol.
 
Avril : 500 P (bouse de vache, mise dans des cornes de vaches pendant six mois) Lorsqu’on retire la bouse après ces six mois, on obtient un terreau très noir et humide qui sent très bon le sous-bois. On utilise 100 gr par hectare de ce produit que l’on dilue dans 35 litres d’eau de pluie tiédie à 37°, puis que l’on dynamise pendant une heure. Elle est épandue sur le sol en grosses gouttes ; son action est à destination du sol et des racines des plantes. Elle participe de façon importante à la bonne structure du sol et elle favorise l’activité microbienne, ainsi que la formation d’humus. Elle régule le PH (acidité) du sol, stimule la germination des graines et aide à la dissolution des formations minérales dans les sols.
Au printemps, elle aide au départ de la végétation.

Mai : 501 (silice broyée) 4 gr par hectare de poudre dynamisée pendant une heure dans de l’eau de pluie à 37°.
C’est une préparation essentielle en biodynamie qui agit en polarité avec la 500P. Elle s’adresse à la partie aérienne des plantes durant la période végétative. Elle peut favoriser la vigueur ou au contraire atténuer la trop forte luxuriance.
Elle apporte aussi une qualité lumineuse aux plantes et atténue les tendances aux maladies tout en favorisant la croissance verticale des plantes (très intéressant en vignes pour le palissage).
Elle accroît enfin la qualité et la résistance de l’épiderme et des fruits (lutte contre le botrytis).
On l’utilise deux fois au printemps en encadrant la floraison à 15-20 jours d’intervalle.
 
De Mai à fin Juillet : Traitement anti-mildiou et oïdium, à base de cuivre, plus soufre, plus tisanes (ortie, consoude, bardane, reine des prés, camomille, achillée, pissenlit, osier) plus petit lait à 20% du volume total. Celui-ci est un mouillant (les produits adhèrent mieux sur les feuilles) et son acidité renforce l’action des tisanes.
Un passage tous les huit à dix jours est réalisé. Ces plantes sont connues depuis l’antiquité pour leurs vertus préventives. Elles renforcent les défenses naturelles des plantes, stimulent la végétation et régulent ou soignent les désordres divers dans les vignes.

Avant vendanges :

15 à 20 jours avant la récolte, on épand une à trois fois de la silice qui agit contre la pourriture et qui favorise la maturité. On peut augmenter le nombre de traitements en cas d’année froide et humide.
 

Après vendanges :

500P (bouse de corne) de suite après les vendanges, le plus tôt possible lorsque le sol est encore chaud et que les conditions sont assez humides pour aider à la mise en réserve avant l’hiver.
 

Actualités

Pressée du Vin Paille à Arlay : 3ème dimanche de Janvier.
Percée du Vin Jaune : 1er week-end de Février.
Portes ouvertes : 14 et 15 octobre 2017.

C'est avec un réel plaisir que nous vous invitons à nos neuvièmes portes ouvertes des 14 et 15 octobre 2017.
Une fois encore, le thème sera la découverte (et l'appréciation, j'espère) des vieux millésimes. Nous vous ferons voyager jusque dans les années trente tant en rouge qu'en blanc et vin jaune

Découvrez la galerie photos

Nous aurons le plaisir de vous accueillir dans nos caves de fin XVe siècle, où vous dégusterez notre gamme de vins.
Label Demeter / AOC Jura

Nos plus

  • Visite et dégustation
  • Vieux Millésimes

 

Aujourd'hui

C°min

C°max